Arlésienne, une vocation à plein temps

Lorsqu’on les voit, tout semble simple. Elles sont belles, les costumes sont ajustés, les coiffes soignées. Pourtant, les sourires et les visages radieux cachent de longues heures de réflexion, de confection et de préparation: on est Arlésienne toute l’année, et pas simplement le temps d’un défilé.

Alors, que fait une Arlésienne l’hiver, lorsque son costume est au placard? La réponse est simple: elle prépare les suivants. Et cela passe par les incontournables vide-commodes, spécialement dédiés, où la parfaite Arlèse peut chiner, rencontrer ses consœurs, découvrir de nouvelles pièces, trouver de nouvelles inspirations.

Le vide-commode de Fontvieille

En ce dimanche 11 mars se tenait, par exemple, le vide-commode de Fontvieille, organisé par le Lions Club Paradou les Alpilles. Les allées de la salle polyvalente, où se tient l’évènement, sont bien remplies: les exposants et exposantes se succèdent, et le public est au rendez-vous.

Une mère cherche quelle dentelle ornera au mieux le fichu qu’elle réalise pour sa fille, qui l’accompagne: elle est conseillée par une vendeuse avisée. Plus loin, des amies discutent autour des costumes mis en vente: elles aussi aimeraient défiler, mais craignent de faire un faux pas. Il faut dire que, même si l’on se costume avant tout par passion et par plaisir, il faut respecter la tradition, et à la lettre. Au détour d’une allée, on peut voir une dentellière en bonne compagnie: elle enseigne à deux jeunes Mireilles, très appliquées, l’art de manier les fuseaux.

Sur l’estrade, au fond de la salle, des costumes sont installés sur des mannequins, et, le temps d’une présentation, nous pouvons découvrir l’évolution chronologique du costume d’Arles. Les messieurs ne sont pas en reste, et sont bien représentés: deux d’entre eux portent des costumes d’époque, accompagnant sur scène les Arlésiennes.

Des traditions qui passionnent

Les vide-commodes sont pléthore, en Provence, pour patienter jusqu’à la belle-saison: le week-end dernier, Paluds de Noves avait le sien, et la semaine prochaine, se sera au tour des Saintes Maries de la Mer. Et puis, il y a les groupes et associations, autour du costume: sièges privilégiés de la transmission, on y apprend les subtilités du costume, de sa confection, de la coiffure.

« Tant qu’auren lou riban e la capello, lis Arlatenco saren li pu bello », disait Frédéric Mistral. Et si l’adage est toujours vrai, c’est que l’attention est constante, et que le travail de recherche est minutieux. Car le costume colle à la peau des Arlésiennes, et ne s’ôte jamais réellement pour de bon.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.